Idées simples pour utiliser les énergies renouvelables dans le bâtiment

Lors de la construction d’un nouveau bâtiment, il est possible de tirer parti des ressources naturelles, ou de permettre d’en tirer parti plus tard.

Particulièrement, les vitrages peuvent être considérablement mieux utilisés afin de chauffer une pièce ou même constituer une énergie potentielle pour faire fonctionner des moteurs.

Voici quelques-unes de ces techniques qui seront expérimentées dans un local à construire (l’article sera détaillé et illustré au fur et à mesure, voir aussi Quelques idées pour la maison: construction et jardin):

  • Pour l’utilisation de l’inertie thermique:
    • Placer dans la dalle des gaines pour y faire passer de l’air et/ou de l’eau. Se renseigner sur le maillage afin:
      • de diviser les parcours pour mieux utiliser l’inertie,
      • et les réunir en faisant en sortie que les distances parcourues soient toujours les mêmes.
    • Faire passer sous les tuiles des tuyaux en cuivre en zig-zag afin de pouvoir chauffer de l’eau, ou la refroidir
    • Si vous possédez un puits, là-aussi amener des gaines pour l’air et l’eau afin de pouvoir utiliser l’inertie du puits.
  • Pour l’utilisation de l’énergie solaire: plutôt que de payer très cher vos fenêtres à double vitrage, il est possible de réaliser soi-même son « quadruple » vitrage. Cette idée est destinée à des fenêtres sans ouvertures dans le cadre d’une maison en surpression avec par exemple une ventilation double flux (à ce titre, une maison en surpression apporte un grand confort notamment dans les chambres où l’on ne se réveille plus en ayant mal au crâne en raison d’un air vicié).
quadrupleVitrage
Vue de dessus du quadruple vitrage – deux tuyaux en cuivre se situent en haut de la fenêtre ou servent de barreaux de protection
  •  Réalisation:
    • Le principe pour une seule vitre:
      • Se procurer des vitrages simples pour les encastrer dans la maçonnerie tout en permettant de les retirer si nécessaire.
      • Mettre un cadre constitué d’un rail en U en haut, à droite et à gauche de la vitre de sorte pouvoir y glisser la vitre grâce aux débattements.
      • En bas, placer un L dans la maçonnerie,
      • Placer la vitre dans les rails de droite et de gauche, puis remonter la vitre avec des cales dans le rail du haut.
      • Mettre des joints et/ou scotchs spéciaux pour éviter toute fuite d’air.
      • Puis placer un plan de travail devant la vitre en bas afin de cacher le joint apparent.
    • Effectuer le travail pour 3 vitres placées bien sûr en parallèle:
      • L’espace non pas de quelques millimètres mais de disons de 3 à 10 cm entre la vitre extérieure et la vitre du milieu va servir pour faire une véritable serre, voire même un four solaire. La vitre du milieu devra renvoyer la lumière vers l’extérieur. L’idéal serait même que la face intérieure de la vitre extérieure puisse renvoyer elle-même la lumière de sorte que la lumière réfléchie continuerai à effectuer des allers retours entre ces deux vitres. Cet espace reçoit deux tuyaux de cuivre pour chauffer de l’eau grâce à la chaleur de la serre. Ces tuyaux se situent en haut ou au milieu du vitrage afin de servir de barreaux de protection. Il y en a deux afin de permettre de réaliser un aller-retour.
      • La vitre du milieu est en réalité une vitre en double vitrage afin d’isoler les deux « serres ».
      • L’espace de 3 à 10 cm entre le double vitrage du milieu et la vitre intérieure sert non seulement pour isoler mais mieux encore pour chauffer ou rafraîchir l’intérieur du bâtiment:
        • pour chauffer le sol afin d’y stocker la chaleur
        • pour chauffer le bâtiment en utilisant l’air chaud venant directement de la serre extérieure, soit celui préalablement stocké dans le sol
        • pour rafraîchir en utilisant l’air frais venant du puits ou de l’air rafraîchi dans le sol
      • Enfin, la serre extérieure, si l’air y est bloqué, va monter en température, permettre d’obtenir une pression bien plus importante que la pression atmosphérique et donc aussi permettre de faire fonctionner des moteurs encore plus simples que ceux de Stirling. Il est à noter que le verre est très mauvais pour résister à la flexion tout en étant capable de résister à des pressions considérables comme dans les aquariums (en gros, mieux vaut éviter de mettre un coup de marteau dans un aquarium géant!).
      • Bien sûr, il faut prévoir des gaines étanches avec des entrées/sorties et pouvoir commuter les passages de l’une vers l’autre par des clapets dans une véritable chambre de commutation à l’image d’un switch informatique (cela peut donner bien entendu lieu à des expérimentations scientifiques très intéressantes en plaçant des capteurs et en programmant des embarqués).
  • Pour l’utilisation de l’air comprimé:
    • L’air pressurisé obtenu précédemment peut aussi permettre de faire fonctionner des outillages à air comprimé comme chez les garagistes ou, il y a plus longtemps, comme ceux utilisés dans les mines à charbon pour éviter les coups de grisou et limiter les problèmes d’aération. C’est donc aussi un moyen d’éviter les électrocutions. Autant donc en profiter pour faire passer des câbles pour air pressurisé.
    • L’air comprimé peut aussi être stocké. Lors d’une détente, il peut alors permettre de créer du froid.
    • Bien entendu, une éolienne est outil très intéressant pour obtenir de l’air sous pression.
    • Pour l’eau potable du puits: Nul besoin d’utiliser des pompes électriques pour tirer l’eau potable du puits. Une éolienne faite maison peut se construire pour quelques euros et c’est détaillé sur plusieurs sites. Après, pour réaliser la pompe activée par cette éolienne:
      • utiliser le principe d’une une vis sans fin
      • ou, plus facile encore, utiliser le principe d’une chaine à godets
      • Comme il n’y a pas toujours de vent, il faut bien sûr prévoir un stockage en hauteur afin de pouvoir fournir une pression suffisante, typiquement sous le toit d’un kiosque situé au-dessus du puits.
  • Pour l’eau afin alimenter les toilettes : Placer un réservoir sous le toit en réutilisant directement l’eau de pluie. BIen sûr, cela oblige à avoir un plafond solide pour 200 ou 300 litres d’eau. Typiquement, cela peut se faire dans salle d’eau squi est en général une des plus petites pièces. Un autre avantage d’avoir un plafond solide dans une petite pièce est de permettre d’avoir un lieu sûr où se protéger en cas de violente tempête. C’est le cas où Etats-Unis pour les tornades, tornades dont les fréquences augmentent considérablement en France.
  • Pour l’éclairage: les LEDs sont des diodes qui fonctionnent en très basse tension, non seulement, il est inutile d’acheter des modèles se branchant sur le 220v mais il est même possible d’utiliser une batterie rechargée mécaniquement comme c’est le cas des lampes LEDs à main.

Penser à utiliser des gaines sans COV (composants volatiles cancérigènes). Si vous n’avez que du PVC faire passer des plus grosses gaines que nécessaire pour permettre de passer par la suite des gaines souples sans COV.

Et bien sûr, tout cela fait faire des économies considérables à la construction (vu par exemple le prix hallucinant des fenêtres) comme à l’utilisation. Et surtout, cela permet de penser par soi-même car il serait temps d’aller plus loin que des solutions éculées bien compliquées. Pour rappel, les climatiseurs se basent sur la thermodynamique et le principe de Carnot expliqués il y a près de 200 ans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s