Drogue: la tentation du goulag

En France comme aux Etats-Unis, la drogue est utilisée par des adultes. Et cela, pas seulement à des fins exutoires pour des soirées ou autres, mais aussi pour des enjeux de performances dans le travail. Jouant sur la confiance en soi, la drogue permettrait de plus facilement l’emporter sur des choix à faire, voire d’augmenter la capacité du corps à travailler selon des rythmes soutenus. En Californie, dans le high tech, on a pourtant vite fait de repérer les personnes dopées. Derrière une apparence d’efficacité sur des enjeux du quotidien, se cache surtout une incohérence manifeste dans le comportement mais aussi dans les choix structurants sur le long terme. Et il manque ce petit plus, ce qui donne du sens, cette part d’ingénuité que ne remplacera jamais une humeur artificielle. Cet état d’esprit de ceux qui croient en leur rêves ne se vit pas dans une rêve party. Bref, quand les salariés en sont à user des drogues dans le travail, il y a de quoi conjecturer que c’est déjà le début de la fin pour l’entreprise. Et des études sur ce sujet mériteraient d’être entreprises, ou mieux portées à la connaissance de tous.

En France, s’il y a bien un milieu où la drogue semble être utilisée particulièrement, ce serait celui des avocats. Et on a une idée de ce que cela donne lorsque la ministre de la justice, N. Leloubet,  déclare après l’évasion d’un détenu connu pour de précédentes évasions: « Je ne prétends pas qu’il n’y a pas ici de défaillance. Il y en a peut-être une ». Ce sont des propos fumeux, dégradants pour notre société et l’image de responsabilité de l’Etat. Les sportifs sont contrôlés pour dopage mais qu’attend-t-on pour imposer de tels contrôles à des hauts responsables ou à ceux dont le niveau de lucidité affecte directement la vie des personnes ?

La  vérité, c’est que la drogue a une influence particulièrement négative sur notre société, et ce, derrière de simples rideaux de fumée. Que notre société continue à avancer dans un mur écologique, cela peut aussi se comparer l’image d’un junky qui redemande une dose de plus pour que cela aille mieux. Sans toutefois prétendre que ce soit la seule cause.

Pour les jeunes, la drogue, c’est juste l’entrée rêvée dans un goulag qui ne porte pas son nom, une entrée visiblement plutôt aguichante. Une entrée dans le déni d’un renoncement à vivre ses rêves par ces jeunes auxquels les moyens ou les possibilités de s’exprimer ne sont pas donnés dans le monde réel. Alcool, porno et drogue sont le trio gagnant pour décérébrer. A l’ère industrielle, il fallait produire sans se poser de questions. A l’heure où produire toujours plus de biens matériels est néfaste pour notre avenir, il faudrait désormais juste arrêter tout court de se poser des questions.

Aux jeunes qui doivent se battre pour réussir jusqu’aux derniers jours avant les examens ou concours et en étant soumis à des hauts niveaux de stress, la tentation est grande de renoncer et tout quitter réellement ou virtuellement. Une tentation entretenue activement aussi auprès des plus brillants, ceux dont sont enviées les capacités et dont les jaloux se délectent d’avoir instillé l’auto-destruction ou la destruction tout court. A l’exemple par trop concret de ce qui se pratiquait ou se pratique toujours dans certaines écoles telles que l’Ecole Alsacienne à Paris. A la manière d’un rite d’apprentissage au détriment de ceux qui n’auraient pas vraiment leur place dans un milieu privé, dans la future « élite ». A l’exemple d’une camarade brillante devenue dépressive puis boulimique à force d’harcèlement, avant de se reprendre et réussir heureusement sa vie professionnelle au plus haut niveau, mais aussi, de celui d’un « redoublant » arrivé en Terminale – de part ses résultats – et dont la défenestration au sein même du lycée rappelle cette illusion de grandeur cultivée jusqu’à l’indécence, le mépris et ses conséquences dramatiques. Le mensonge, y compris dans la flagornerie, crée toujours sa part de haine, et le déni de sa propre responsabilité mène à la recherche de bouc-émissaires, c’est là toute la lâcheté de notre société. Réduire à un esclavage légal pour mieux maîtriser est par nature la perversion et l’apanage des « élites ». Des élites de la manipulation. et dont s’affichent au jour le jour les mensonges à travers leur incapacité à faire évoluer notre société. Mensonges dont l’usage est juste la caractéristique indéfectible de la médiocrité.

Les jeunes peuvent avoir un brillant avenir, dans tous les domaines, et il suffit de voir ce jeune footballeur de 19 ans pour comprendre que d’être armé d’un sourire pour vivre et partager son rêve de coupe du Monde, c’est une force bien plus grande, et que les moments forts vécus par l’équipe de France, nul drogue ne produira jamais l’équivalent.

Mais s’il y a bien une raison suffisante et une seule de ne pas toucher ou de se détacher de la drogue, c’est bien celle de ne pas ou plus alimenter des réseaux mafieux et ultra-violents créant de véritables enfers à l’étranger, ou même ici en France. Personne ne peut dire qu’il n’est pas au courant. Un récent article de Libération à ce sujet en est le témoignage vibrant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s