Les escrocs de la macronie inventent phishing fiscal et impôt sur la misère

Dans le cadre de la grande réforme « historique » du prélèvement à la source au milieu des enjeux climatiques repoussés en 2050, des Français sont actuellement injustement soumis à payer une partie de leur impôt sur le revenu, subir une double imposition 2018/2019, et ce, pour une raison arbitraire, tout à fait discriminatoire, une règle pour la moins légère dans l’appréciation d’une potentielle manipulation des contribuables à se soustraire à l’impôt. Cela dit, pour nombre de Français, un impôt sur la misère plus que sur la fortune.

Outre l’impôt correspondant aux revenus exceptionnels par nature, l’impôt afférent à la fraction des revenus des dirigeants et des indépendants de l’année 2018 excédant le plus élevé des revenus perçus les trois années précédentes (2015, 2016, 2017) ne sera pas effacé en 2019. (page 49 brochure Pratique 2019

Revenus exceptionnels de 2018 mis à part, personne ne devait payer d’impôts pour 2018 tandis qu’en 2019, cela créerait une double imposition sur les revenus de 2018 et ceux de 2019 à payer au cours de cette même année. Mais il restait le cas des indépendants qui profiteraient soi-disant de 2018 pour gonfler leurs revenus par rapport à 2017, 2016 et 2015.

Soit une occasion trop facile pour ce gouvernement de ponctionner de 5 milliards (chiffre fourni par RTL) les artisans, commerçants, ou autres indépendants. La règle du « travailler plus pour payer plus » s’applique, et ceux qui ont donc gagné « plus » en 2018 sont donc imposés deux fois en 2019. A moins ! … que leurs revenus ne continuent à croître en 2020, auquel cas, ils se retrouveraient remboursés en 2021. « Eventuellement » … :

En cas de plafonnement du bénéfice de 2018 retenu pour le calcul du CIMR, un complément de CIMR pourra être obtenu éventuellement en 2020 si le bénéfice de 2019 dépasse le bénéfice de 2018 ou le bénéfice qui été retenu pour le calcul du CIMR. (page 50 brochure Pratique 2019

« Entuber » les Français sur le modèle des magouilleurs de la finance

Ceux qui auraient gagné plus en 2018, et sans tricher, relèveraient tout au mieux d’un cas de figure que nos grands décideurs auraient laissé de côté avec cette nonchalance de ceux à qui tout est dû, cet optimisme des débutants, cette arrogance d’enfants gâtés à qui on donne un jouet sans écouter les consignes et ce mode d’emploi des fiscalistes tels des curés s’évertuant à l’impossible auprès d’invétérés voyous pour leur déclamer la morale en pleine gabegie sur le dos des Français et des intérêts souverains de notre pays. S’imaginer qu’il suffirait de voir si des problèmes se poseraient une fois avoir pris une solution, dirons-nous assez « naïve, » tout en concernant des millions de personnes est effectivement assez impressionnant. D’incompétence. D’irresponsabilité. Le concept de « croissance honnête »  n’a aucune réalité comptable ni aucun sens juridique ni se prête en aucun cas à devenir un concept fiscal. C’est une aberration.

C’est ainsi qu’il serait opportun d’apporter  la contradiction sur ce nouvel impôt caché, y compris sur la misère, de ceux gagnant leur vie à la sueur de leur front, et pour lesquels il serait temps de remettre en cause le bien-fondé des prétentions de ces « élites » aux pantoufles à 500 000 euros l’année.

Taxer les humbles et payer les voleurs pour que le vol devienne légal

Tout d’abord, comment des revenus d’indépendant pourraient permettre de surseoir à l’impôt hormis dans le cas où des recettes seraient décalées de date en début ou fin d’année ? Ce problème n’a rien de nouveau, et probablement ni plus ni moins de possibilités d’être dissimulé que pour les autres années. Pour autant, plus personne ne doute que nos élites considèrent la fraude comme un sport national pour justifier la leur, et l’actualité montre qu’ils sont visiblement bien placés pour le savoir.

Mais tout le monde ne peut pas se permettre de voler officiellement les contribuables par des salaires mirobolants et immérités, pour soi-disant éviter de les voler par derrière comme l’explique avec beaucoup de zèle notre Ministre des petites économies face aux enjeux de la corruption. C’est qu’il s’agirait de reprendre cette innovation sociétale à plus grande échelle, et rendre obsolète la criminalité, soit tout simplement se décider à enfin payer tous les voleurs. On appelle cela la mondialisation.

En exemple de l’incongruité de cette loi pour des indépendants procédant à des locations, ceux qui louent meublés subissent cette mesure de l’Etat, tandis que ceux qui sont en non-meublés, et relevant du foncier, ne sont pas inquiétés, et considérés non imposables.

La jalousie des parvenus politiques qui n’ont jamais travaillé

Mais effectivement, en indépendant, les revenus sont fluctuants, c’est-à-dire qu’il y a une part de réussite. Le jeu, c’est qu’on ne gagne pas à tous les coups. C’est même là le propre de l’entrepreneur – petit ou grand – d’en accepter la règle, C’est ainsi parfois gagner moins malgré ses efforts ou à l’inverse gagner plus pour avoir eu de la chance. Et ce n’est pas à confondre avec la règle officielle « du travailler plus pour gagner plus » ni même celle officieuse du “travailleur plus pour gagner moins ».

Il est juste évident que ceux qui ont conçu la règle de croissance sur 2017/2018/2019 n’ont jamais connu l’activité réelle d’une entreprise et ne sont pas plus des fiscalistes, même débutants, tant cette règle vient entacher la juste conception de la fiscalité et de la comptabilité. Il s’agit plus d’une vue assez immature voire fumeuse de ceux qui n’ont de préoccupation qu’à compter leurs dépenses et trouveraient injuste que d’autres puissent avoir un petit avantage vis-à-vis d’eux. Et y compris le petit entrepreneur dont il ne faudrait quand même pas qu’il profite d’un pur concours de circonstances. C’est juste oublier ce qu’est un entrepreneur, exposés aux risques, et privé du pantouflage et de la retraite à vie si chers à nos courageux dirigeants.

Et aucun contribuable n’a bien sûr la prétention d’avoir reporté d’une année le prélèvement à la source. Si ce n’est que cette loi a été annoncée après coup, réalisant les conditions des délits d’initiés propre à cette culture de financiers qui ne méritent  désormais plus autre chose que l’opprobre après deux ans à piller la France pour des intérêts privés. Du politique à la reconversion dans le pantouflage, puis du pantouflage reconverti au politique, on en vient au politique-pantouflant C’est-à-dire qu’on ne sait plus si E.Macron est un président français ou un employé de Bank of America, ou de tout autre cartel.

Il serait temps d’en revenir aux vrais enjeux de la réalité des activités, du vrai travail de ceux qui se battent tous les jours au milieu de l’incapacité de notre gouvernement à adresser les vrais enjeux. Par incompétence bien sûr mais aussi et surtout par lâcheté, celle-là même où jamais ces cooptés ne prennent le temps de débattre publiquement au cours de leur vie d’apparatchik. Parce que quand bien même ils comprendraient que de vrais projets soient à entreprendre, jamais ils ne pourraient se résoudre à avouer qu’ils sont incapables de les mettre en oeuvre et afficher au monde entier l’incompétence de ceux qui n’ont jamais créé ou entrepris quoi ce soit à l’image de ce que démontre leur politique insipide et arriérée aux solutions du passé.

L’impôt sur la misère

Le comble de cette loi, c’est qu’une personne qui vit en en-dessous du seuil de pauvreté mais qui a eu le malheur de voir ses revenus croître en 2018, fait que ses revenus sont aujourd’hui pourtant considérés comme des revenus exceptionnels.
Soit l’exploit d’immiscer le remplacement de l’impôt sur la fortune par un impôt sur la misère. Pourquoi taxer si peu de riches lorsqu’il y a autant de pauvres ?

Ainsi, telle une sanction, la part de ces revenus de 2018 supérieure aux années précédentes est ainsi imposée et un indépendant se voit sanctionner vis-à-vis des autres contribuables parce qu’il aurait « triché ». Il est condamné sans avoir été entendu, sans que quoi ce soit ne soit prévu pour pallier à une erreur éventuelle, et pour autant courue d’avance.

C’est que ces financiers sont joueurs, ils savent que les indépendants n’ont pas de syndicats et enfin, et surtout, ces « élites » sont condamnées par construction à mépriser les Français du haut de leur forteresse d’apparences cultivées dans l’entre-soi d’une caste d’apparatchiks de la finance, du pantouflage et de la politique politicienne. C’est la perversion même du culte de ces apparences qui crée les conditions de ce mépris bien réel envers les Français. Car pourquoi alors ne pas avoir pris la main tendue même maladroitement par les Gilets Jaunes pour associer la population en une force pour de vrais projets ?

Bien loin de ce monde d’illusions de nos politiques, il y a la misère, et comment ne pas se rappeler alors combien certains doivent batailler, ou pire, ignorer leurs droits, pour que des revenus liés à un licenciement ou à une pension de réversion, même versée après des années de retard, puisse leur bénéficier selon cette même imposition en revenus exceptionnels qui abaisse leur tranche marginale d’imposition ?

Un encouragement à combler le vide politique

Ce site est aussi proposé dans le cadre de l’écriture d’un ouvrage pour expliquer justement des solutions et projets pour la transition écologique, et certains sont déjà exposés ici-même. En effet, tandis que cette compétence en projets n’est pas un examen mais un concours aux élections – car autrement il ne resterait pas grand monde au gouvernement -, il y a donc là un effet d’aubaine dont ceux qui ont des idées peuvent tirer parti.

Pour faire face à cette injustice fiscale, éviter le délit de concussion institutionnalisé à notre Ministre de l’Economie en plus de celui de la discrimination, voire même de la coupable escroquerie au moins intellectuelle digne d’une association de malfaiteurs que constitue cette règle face à ceux qui n’entendent rien à la fiscalité, il y a à réserver ces sommes spoliées aux familles françaises et à refuser le paiement de ces surplus d’impôts sur 2018.

Au vu des moyens et des montants auxquels sont payés nos ministres à ne rien proposer du tout en matière d’avenir, le cas échéant, l’élégance serait de réserver à ce Ministère l’initiative d’engager une procédure au cas où nos grands penseurs s’insurgeraient d’un tel manque de reconnaissance face à l’ingéniosité de leur loi. Et alors espérer que ce gouvernement reste attaché à cette grande invention du « phishing fiscal » après celle de leur loi ad hoc de « croissance fiscale ».

Du phishing, dans le sens où le fait d’annoncer 2018 pour vierge d’impôt aurait consisté à mieux attirer les tricheurs dans un piège en changeant ensuite la loi pour modifier a posteriori les conditions d’imposition.

Un gouvernement aux mesures honteuses

Il est vrai que le ridicule ne tue pas (encore) si ce n’est ceux qui n’ont plus envie d’en plaisanter, à savoir les Français, et la nature, qui bien qu’elle rit jaune, souffre en plein réchauffement. Un jour peut-être ces Ministres ne trouveront plus d’excuses à ne pas répondre aux enjeux de notre temps, peut-être simplement parce qu’ils seront alors emprisonnés pour avoir trahi les intérêts souverains de notre pays.

En espérant que notre Ministre ait enfin l’occasion de découvrir ce qu’est le travail en dehors de l’ambition d’aller chercher des poulets en Argentine, ce site propose depuis 2015 de vrais projets qui sont à la disposition du gouvernement pour être débattu.

L’injustice fiscale

En conclusion, ce n’est pas parce qu’il y a des tricheurs qu’il faut pénaliser ceux qui ne trichent pas, et la loi est une condition suffisante mais non nécessaire, ou autrement il n’y aurait plus de liberté. Ce sont les objectifs de la loi qu’il faut respecter, et la loi est un moyen de respecter ces objectifs, mais en aucun cas, le seul. En l’occurence, il n’y pas une seule manière de justifier qu’on n’a pas profité d’une aubaine fiscale en 2018, et visiblement pourtant, rien n’a été prévu pour anticiper les inéluctables aberrations et laisser une place à l’erreur, tandis qu’aucun fiscaliste n’a pu manqué de prévenir des conséquences de cette inéluctable bourde sur les revenus exceptionnels.

L’injustice fiscale, c’est aussi cela : la vraie fausse bêtise de nos fausses vraies élites.

Un normalien comme notre Ministre de l’économie devrait pouvoir lire cet article sans peine et se donner une chance de combattre l’illettrisme de notre classe politique qui ne sait ni lire les courriers face à des préoccupations laissés de côté, ni plus écrire des réponses aux Français par de vrais projets.

Mais le mieux serait que cette mauvaise farce s’arrête et que ce gouvernement démissionne tandis que les chefs d’accusation s’ajoutent face à ceux qui seront jugés par l’Histoire plus tôt qu’ils ne le croient pour les années perdues envers les enjeux du changement climatique associés à la vie de nos enfants.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s