Fibonacci et la thèse du virus fabriqué du COVID

L’incohérence. C’est toujours l’incohérence qui permet d’identifier le mensonge.

Pour un scientifique, ce discernement à détecter une contradiction est une qualité extrêmement aiguisée, et bien au-delà de la difficulté des problèmes étudiés en terminales et connus du grand public.

Et là, c’est un Prix Nobel qui s’est mis à étudier le COVID avec un mathématicien professionnel.

Et la faille serait juste énorme. En effet, ils découvrent que les chaînes du virus ne respectent pas certaines harmonies de manière cohérente. Précisément, des harmonies basées sur la fameuse suite mathématique de Fibonacci et le nombre d’or, limite du rapport entre deux termes successifs de la suite:

Cette suite est connue pour être respectée dans la nature avec, par exemple, le nombre de pétales de fleurs, ou encore, les angles des feuilles le long d’une tige.

Une explication complète se trouve rapportée sur le site du Professeur de cancérologie M. Joyeux et surtout l’article de recherche à découvrir puis télécharger se trouve à:

https://www.preprints.org/manuscript/202104.0034/v1

Cette publication n’aurait pas apparemment été encore suffisamment approuvée par la Communauté scientifique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s